Haviland & Cie - Les différents aspects du paternalisme industriel : documents

Lire les documents puis répondre aux questions dans le formulaire.

Document 1 : "La Clé des Champs".

[*]« Tous les ans, grâce à cette colonie de vacances (mise en place par Haviland & Cie), les enfants des ouvriers peuvent fuir, pendant quelques semaines, l'atmosphère viciée de la ville, pour respirer l'air pur des campagnes, et fortifier ainsi leur santé, qui, au cours de leur dure carrière de porcelainiers, aura à lutter contre la tuberculose, rôdant dans les ateliers. »

A. Pompon, "Les Ouvriers porcelainiers de Limoges, étude d'économie sociale", éd. L. Larose et L. Tenin, Paris, 1910, p. 80.

Document 2 : la tombola.

[*]« La tombola organisée par le Comité de la "Clef des Champs", au bénéfice de la colonie de vacances, a rencontré dans tous les milieux un accueil rempli de sympathie.

« De nombreux billets ont été vendus : des lots très variés ont afflué ; à partir d'aujourd'hui, ils seront exposés dans une vitrine du boulevard Georges Périn, n°7 (anciens bureaux de la Dépêche).

« On pourra se procurer des billets de la tombola dans le magasin, où tous les amis de la "Clé des Champs" voudront venir admirer l'exposition des lots ; on y trouvera aussi des feuilles d'adhésion ; on pourra même y faire inscrire des enfants pour le prochain voyage de vacances.

« Dans l'impossibilité où se trouve le Comité de remercier individuellement toutes les personnes qui ont bien voulu contribuer au succès de la tombola, soit en vendant des billets, soit en envoyant des lots, il les prie de recevoir ici l'expression d'une vive et sincère reconnaissance.

« Une telle œuvre ne peut prospérer que par le concours de tous, de même qu'elle s'adresse à tous et qu'elle désire être utile aux enfants de toutes les familles nécessiteuses, sans distinction de parti ni d'opinion [...].

« Le tirage de la tombola est fixé définitivement au 21 juin [...]. »

Annonce publiée dans Le Populaire du Centre, 12 juin 1908.

Document 3 : le point de vue de syndicalistes sur la "Clé des Champs".

[*]« Il s'agissait de faire de la "galette" pour permettre au philanthropique comité de la "Clé des Champs" d'envoyer à la campagne quelques centaines de ces trop nombreux (à mon avis, mais pas au leur sans doute) enfants de malheureux.

« Combien de nos camarades, leurrés par ce semblant de bon sentiments, s'extasièrent devant la bonté, les généreux mouvements de ces bons... patrons qui payaient de leur personne, qui visiteraient eux-mêmes les enfants là où ils seraient placés, qui, etc, etc.

« Nos camarades ont-ils réfléchi que c'était un acte de très bonne politique pour la bourgeoisie, et pour les patrons directs en particulier? »

L'Ouvrier Céramiste, septembre 1909.

Document 4 : les étrennes des ouvriers.

Chaque année, au moment de Noël, la société Haviland & Cie organise une grande fête, une sorte d'arbre de Noël. Voici par exemple la liste des cadeaux que Charles a choisis (lettre à son frère Théodore) en 1889 :

« Pour les grands garçons et les grandes filles, il m'a semblé préférable de leur donner des livres ou des boîtes de couleurs (et compas pour les garçons). J'ai choisi moi-même les livres (d'après les titres) et j'ai tâché qu'ils fussent instructifs et suggestifs d'idées bonnes ou utiles. Vous pourrez réunir plus ou moins de petits volumes en un seul cadeau.

(...)

« Vous compléterez comme les années précédentes par des oranges, bonbons, etc, et vous achèterez ce qui manquera.

« J'ai aussi acheté 125 bracelets porte-bonheur (en argent pur). Ils sont de même modèle mais ce modèle étant de beaucoup le mieux pour le prix, j'ai craint en achetant d'autres modèles, que celles qui n'auraient pas le mieux seraient jalouses. Vous offrirez un bracelet à chacune des décalqueuses, enlumineuses, porcelainières de la fabrique en âge d'être coquettes. Aux mamans, vous offrirez une broche. [...] Vous offrirez un sac de bonbons à chacune. »

Lettre de Charles Edward Haviland à Théodore Haviland, 28 décembre 1889. Citée par Nathalie Valière - "Un Américain à Limoges : Charles Edward Haviland, porcelainier "- Revue Lemouzi, n° 123 bis, 1992, p. 145-146.

Document 5 : la caisse d'économie.

[*]« [...] Il existe, chez Haviland & Cie, une caisse d'économie, fondée en 1872, où les ouvriers peuvent déposer leur épargne, avec un intérêt jusqu'à 20 % de leur salaire, chaque jour de paie. Cette caisse est administrée par Haviland & Cie, à ses frais. [...] Les intérêts enregistrés par la caisse sont partagés à la fin de chaque semestre, proportionnellement entre les déposants. »

Nathalie Valière - "Un Américain à Limoges : Charles Edward Haviland, porcelainier" - Revue Lemouzi, n° 123 bis, 1992, p. 147.

Document 6 : le "Foyer Limousin", fondé par Haviland & Cie.

[*]« Article 2.- La société a pour but exclusif:

« De procurer à des personnes n'étant propriétaires d'aucune maison, notamment à des ouvriers ou employés vivant principalement de leur travail ou de leur salaire, des maisons salubres et à bon marché, construites ou acquises par elle, à Limoges ou dans son rayon.

« À cet effet, elle propose :

« 1° La construction de petites maisons possédant, autant que possible, une cour et un jardin à l'usage d'une seule famille.

« 2° La construction de grandes maisons à plusieurs logements, ne donnant lieu qu'à de simples locations.

« 3° L'acquisition des terrains nécessaires aux constructions, à leurs annexes ou dépendances, bains, lavoirs, etc..., et à l'établissement s'il est besoin de rues, égouts et autres accessoires qui pourront être reconnus utiles.

(...)

« 7° La location desdites maisons et dépendances.

« 8° La vente desdites maisons à des tiers soit au comptant, soit par paiements fractionnés. »

Statuts du Foyer Limousin, cités par André Pompon, Les Ouvriers porcelainiers de Limoges, étude d'économie sociale, éd. L. Larose et L. Tenin, Paris, 1910, p. 130-131.

Questionnaire

Les différents aspects du paternalisme industriel